Le modèle hiérarchique

La connaissance est souvent présentée comme l’un des éléments appartenant à une hiérarchie de concepts. Ce modèle hiéarchiques trouverait ses origines dans un poème de Thomas Eliot qui établit un lien entre la sagesse, la connaissance et l’information [T.S. Eliot, The Rock, Faber & Faber, 1934] :

  • ‘Where is the Life we have lost in living?
  • Where is the wisdom we have lost in knowledge?
  • Where is the knowledge we have lost in information?’

Cette relation subtilement établie par Eliot a suggéré l’idée, chez d’autres auteurs, d’une hiérarchie entre les différents concepts, un concept pouvant passer d’un niveau hiérarchique à un autre. La donnée pourrait devenir une information ; l’information pourrait se transformer en connaissance et la connaissance pourrait atteindre le stade ultime de la sagesse.

Depuis lors, un niveau hiérarchique symbolisant les données a été ajouté à la perspective d’Eliot. Ce modèle hiérarchique de la connaissance est souvent exploité dans la littérature relative à la gestion des informations et des connaissances, soit sous la forme d’une pyramide (fig.1), soit sous la forme d’une chaîne linéaire (fig.2).

Figure 2

Figure 1. La pyramide des connaissances

Les éléments traditionnellement présents dans cette hiérarchie sont les données, les informations et les connaissances. La sagesse est parfois située tout en haut de la pyramide, étant considérée comme le stade ultime de l’évolution cognitive.

Les données sont constituées par les faits, les observations, les éléments bruts. Les données en elles-mêmes ont peu de signification si elles ne sont pas traitées. Elles se situent donc tout en bas de la hiérarchie.

  • Situées au niveau intermédiaire de la pyramide, les informations consistent en données interprétées, porteuses de sens. Elles répondent aux questions du type : Qui ? Quoi ? Quand ? Où ?

Figure 2

Figure 2. La chaîne linéaire du modèle hiérarchique des connaissances

Les connaissances appartiennent aux niveaux supérieurs de la pyramide. Elles répondent aux questions du type : pourquoi ? comment ? En général, nous percevons, intuitivement, que la connaissance est différente des concepts précédents. Par exemple, la connaissance est ‘possédée’ par un individu, ce qui n’est le cas ni pour l’information ni pour les données. La connaissance est internalisée par la personne qui la ‘formate’ en fonction de son expérience, de son vécu et de ses perceptions du moment. En ce sens, la connaissance est éminemment personnelle et subjective. Même s’il existe une connaissance collective, celle-ci n’est jamais que la somme des connaissances individuelles. Elle peut être matéralisée dans des produits (technologie) et dans des supports multimédias (livres, films, etc.).

C’est sur base de cette modélisation hiérarchique que de nombreux outils et méthodes ont été élaborés. A chaque stade de la pyramide correspondent une série de moyens qui permettent de capturer, gérer, diffuser et exploiter les éléments (données, informations ou connaissances).

Gestion des connaissances © Tous droits réservés | Design par SiMax