La dynamique des connaissances

La psychologie cognitive distingue généralement entre deux types de connaissances, à savoir la connaissance explicite et la connaissance tacite :

  • la connaissance explicite est une connaissance codifiée, qui est transmise dans un langage formel et structuré : le règlement du code de la route est un exemple de connaissance explicite ; la connaissance explicite correspond à l’acception du terme ‘savoir’ dans la langue française ;
  • la connaissance tacite est une connaissance personnelle, ‘qui réside dans la tête de l’individu’ et qui ne peut pas toujours être articulée sous forme codée; elle est implicite et fait appel à l’expérience et au savoir-faire de la personne qui la possède; non tangible, elle peut être difficile, voire impossible, à expliciter dans une forme exploitable par d’autres personnes.

En fait, les savoirs implicites, contextuels, dictent une bonne partie de notre comportement. Les savoirs tacites ont également ceci de particulier qu’à partir d’un certain niveau d’expertise, l’individu lui-même n’est plus conscient de l’étendue de ses savoirs : il les met en pratique de façon automatique et intuitive, presque instinctive. Autrement, dit, comme l’explique Michael Polanyi, ‘nous connaissons plus que ce que nous pouvons exprimer’ [POLANYI M., The Tacit Dimension, London, 1966, p.4] et la connaissance explicitée en mots et en chiffres ne reflète qu’une infime partie de nos savoirs.
Dans la réalité quotidienne, la connaissance n’est pas statique mais dynamique. Elle passe en permanence d’un état de ‘connaissance tacite’ à celui de ‘connaissance explicite’ et vice-versa.

Ikujiro Nonaka et Hirotaka Takeuchi ont décrit le processus de création des connaissances comme un phénomène en spirale se déroulant en quatre phases [I. Nonaka, H.Takeuchi, The Knowledge-Creating Company, Oxford University Press, 1995]:

  • la socialisation permet à un individu d’acquérir des connaissances tacites en étant en contact direct avec d’autres personnes ;

  • l’externalisation est l’articulation des connaissances tacites en connaissances explicites : les personnes formalisent les connaissances en exploitant des métaphores, en développant des histoires, en concevant des modèles, en ayant recours à des analogies ; dès que la connaissance est explicitée, elle peut être modélisée et partagée sous une forme tangible;

  • la combinaison implique l’ordonnancement des connaissances explicites ; les moyens utilisés sont les langages de représentation des connaissances, la structuration des bases de données, etc. ;

  • l’internalisation est le processus qui permet de transformer la connaissance explicite en connaissance tacite, par exemple en menant sa propre expérience (en anglais ‘learning by doing’).
Gestion des connaissances © Tous droits réservés | Design par SiMax